Logo Las Cartas de la Vida
 
 LasCartasDeLaVida.comValérie ValèreArticlesMobile version
Articles: articles de Valérie Valère

 
Articles: articles de Valérie Valère

Je vous mets à votre disposition des articles et des interviews. Les références sont en bas de chaque article. Pas le temps de les lire ?!

Le pavillon des enfants fous

Malika ou un jour comme tous les autres (1)

Malika ou un jour comme tous les autres (2)

La magie de Valérie Valère

Valérie Valère est morte

Obsession blanche

Une découverte de Christiane Rochefort

Valérie est morte

puce Existentialism and Escape to Essence in the Works of Valérie Valère

separateur

Articles

Voici déjà neuf articles.
Les références sont situés en bas de chaque article.
Vous pouvez entre autre imprimer les articles de votre choix


Le pavillon des enfants fous.

Voilà un article sur "Le pavillon des enfants fous".
Bien que je ne sois pas du tout du même avis que l'auteur, je le mets cependant.

Il s'agit d'un cas d'anorexie mentale narré par la patiente elle-même. Internée à l'âge de treize ans, Valérie passa quatre mois dans le "pavillon des enfanst fous" d'un hôpital psychiatrique. Deux ans après, pour se délester du fardeau insupportable de ses souvenirs, elle écrivit le présent récit:
" J'ai crié en silence pendant deux ans. En violence pendant trois semaines; le temps de déverser toute ma haine sur les touches d'une machine à écrire."
(p.235).

Rien à voir donc avec une analyse clinique pas plus d'ailleurs qu'il ne s'agit de se décharger d'un poids qu'on a sur le coeur, car la virulence des sentiments, la brutalité à vif des impressions appellent d'autres références. Valérie crache littéralement son venin - en enlevant à cette expression la part de culpabilité qu'elle recèle habituellement- ; elle essaie de vomir jusqu'au ressentiment initial qui, en la coupant d'autrui, la poussa à se détruire et déclencha le processus de la maladie. C'est la description d'obsessions haineuses, d'un mal de vivre qui n'a rien du spleen baudelairien, mais vous prend aux entrailles et communique d'une certaine manière au lecteur l'atroce des souffrances physiques ressenties pas l'adolescente.

" Essayez d'imaginer. Vous ne le voulez pas ? Pourquoi lisez-vous alors ? Je veux me dépêcher de ressortir de ce cauchemar reconstitué, il me poursuit dans mon sommeil, le matin j'ai peur de ne pas trouver la machine à écrire, mais seulement le mur d'hôpital reconstruit... Je ne peux plus m'arrêter maintenant, l'hypnose n'est pas finie, ce serait horrible de rester dans ce cauchemar... Imaginez ou arrêtez de lire, je sais, mes mots ne sont pas comme je le voudrais... Je voudrais qu'ils laissent un goût amer de révolte, qu'ils vous sautent au visage comme autant de tortures inhumaines... Mais voyez-vous, je ne sais pas, c'est seulement sincère, peut-être rancunier et horriblement maladroit" (p.190).

Ainsi prévenus, on peut aborder cette lecture au vitriol qui introduit dans les abysses d'un être désaffecté des autres comme de soi, en proie aux démons de la solitude, de la haine sauvage de tout entourage et vouée à la destruction progressive. Elle se sent larve:

" Je vais de miette en miette, je végète de jour en jour à travers l'univers des sans-énergie, des sans-appétit, des sans tout ce que vous voudrez"
(p.73).

Elle a horreur de cette garce de vie qu'autour d'elle on veut protéger à tout prix. Pourquoi ? Pour leur sale bouffe, leur sale baise, leur sale puissance qu'ils veulent à toute force vous maintenir dans leur monde foutu ? On s'imagine difficillement jusqu'où les adolescents peuvent pousser le refus de l'environement:

" Ce n'était pas mon rôle d'accepter le monde tel qu'il était, je n'en voulais pas ainsi"
(p.75).

Pas plus qu'on entre dans la logique de leur descente au suicide:

" J'espère qu'ils vont au moins me laisser mourir comme je veux... Je sais que la torture consiste à vous faire vivre malgré vous. N'est-ce pas plus terrible que de vous dérober la vie lorsque vous désirez la garder ? Je n'ai pas demandé la vie, je n'en veux plus. Maintenant j'ai le droit de choisir. Je n'y peux rien si ma mère n'a pas utilisé les contraceptifs. C'est normal que je détruise ce que mon " père" et ma "mère" ont créé. Ils disent l'avoir fait pour moi, alors, pourquoi ne me laissent-ils pas choisir maintenant ? Ils se foutent pas mal de ce que je pense, ils veulent garder leur "chose" et puis ils ne voudraient pas avoir à feindre le chagrin qu'ils n'éprouveraient pas. On accusera les circonstances, l'ingratitude des adolescents, l'inconscience propre à cet âge, mais personne ne croira qu'un parent quel qu'il soit ne puisse ne rien éprouver envers son enfant"
(p.21-22).

Sans doute, ses parents vivent-ils séparés, l'un avec ses maîtresses, l'autre avec ses amants.
" Elle est hypocrite, aveugle, névrosée et sans énergie. Lui est traître, menteur, schizophrène, obsédé sexuel, frustré ..." (p.59).
Ne viennent-ils pas à son chevet se salir mutuellement par elle interposée ?

"Moi je compte pour du beurre rance. Ils viennent se décharger dans ma chambre l'un sur l'autre. Ils imaginent leur ennemi ici le lendemain et lui adressent dès à présent les insultes dont, demain, ils ne pourront pas l'accabler. Je suis à la fois le catalyseur, l'intermédiaire, l'oeuf pourri..."
(p.202).

Même excessif, le réquisitoire est éclairant et explique, au moins pour une grande part, l'origine du mal. On reste néanmoins frappé par la véhémence de détestation qu'il engendre vis-à-vis du genre humain entier et plus particulièrement à l'égard du personnel hospitalier. Une seule soignante trouve un moment grâce aux yeux de la jeune fille. Au cours d'une confidence, elle note cependant:

"Je veux tout dire, et je m'aperçois que je ne pourrai jamais être vraiment objective, bien que je reconnaisse que ce sont "eux" qui m'ont "sauvée" d'une mort certaine. Ils m'ont soi-disant guérie, mais je suis toujours révoltée, cette femme, ma mère n'a pas disparu de mes pensées. Quanr à mon équilibre... Je suis restée là-bas, dans la chambre vingt-sept, avec mes refus, avec ce mal de vivre. Et je crois bien que je n'arriverai jamais à m'en sortir"
(p.85).

Pour échapper à l'enfer du "pavillon des enfants fous", elle a fini par manger, par grossir, par sortir. Ses premiers contacts après son retour à la vie normale ne furent guère aisés; elle a cependant accepté de continuer à vivre, mais quelle patience ne lui faut-il pas avec les autres, avec le monde, avec elle-même. Une note de l'éditeur nous dit qu'aujourd'hui, àgée de seize ans, elle est en classe terminale dans un lycée parisien.

Le texte de Valérie Valère constitue avant tout un témoignage dont la subjectivité et l'intériorité sont les dominantes. Il serait par conséquent abusif d'y voir un pamphlet ou un réquisitoire quelconque contre tel ou tel-pas plus que la généralité- des institutions psychiatriques où la condition tant des patients que des praticiens ou de leurs aides est toujours malaisée, pénible et ingrate. Les accusations comme l'optique de l'auteur sont celles d'un malade, captive des rêts d'une psychose affreuse à prendre conscience, à mieux comprendre et à compatir en connaissance de cause. Rien ne paraît plus terrible que d'être saisi tout entier par la haine et dévoré peu à peu par cet impitoyable fléau qui n'est toujours que l'envers d'un amour étouffé.

NOTICE BRÈVE

La chronique bouversante d'une adolescente atteinte d'anorexie. Ce texte de haine contient un appel désespéré à l'amour.
Peut traumatiser certaines sensibilités fragiles.

Référence de cet article :

"Indications"
COMMISSION DE LECTURE DE LA J.I.C.F.
Rue du Marteau, 19- 1040 Bruxelles.

Retour


Malika ou un jour comme tous les autres(1)

Quelques mois à peine après avoir publié Le pavillon des enfants fous où elle consignait le souvenir de son internement, Valérie Valère sort un roman. Elle a dix-sept ans... Est-ce sous l'impulsion de son éditeur ? A-t-elle été épaulé par quelque nègre ou - pour éviter l'accusation de raciste - par un "rewriter" - pardon pour le franglais ? Mais l'écriture apparaît tellement spontanée, le comportement des personnages concordés à ce point avec le personnage décrit par son autobiographie qu'il semble plus juste d'en appeler à une efforescence d'inspiration. A l'écrit qui l'avait une première fois aidée à se délivrer de ses chaînes et de ses fantasmes, elle recourt à nouveau, peut-être, comme à une sorte d'exorcisme.
Son livre se lit d'un trait; elle s'est d'emblée forgé un style. Bref, incisif, ensemble écorché et agressif, il porte le lecteur, l'entraîne au fil de l'aventure comme un canoë sur les ailes du courant:

" Je m'arrête devant les marches toutes brillantes d'étoiles... Je me demande si Wilfried a vu toutes ces choses qui me retournent encore le coeur... J'ai envie de pleurer ou de crier mais je sens bien que personne n'entendra, que personne ne verra... Je sais bien que ce n'est qu'un rêve, un rêve à moi et que Wilfried ne sait pas, ne peut pas savoir ne peut pas comprendre pourquoi, soudain, il y a de petites étoiles, comme celles des escaliers, partout sur mon visage qui coulent du coin de mes yeux et s'étalent sur mes joues comme des brûlures... Il me serre dans ses bras, me réchauffe le dos... Je sens ses lèvres, elles sont vraiment douces, oui, il me donne ses lèvres aussi, il me donne tout ce qu'il a, la nuit nous attrape, il fait froid et noir mais le corps de Wilfried est chaud et ses yeux brillent.Pour moi. Pour que le rêve parte et s'écrase réellement pour toujours sous les roues de l'horreur"
(p.276-277).

"Chouette, vachement, débile, minable" reviennent à l'envi, mais la répétition est typique du discours adolescent et s'il y a plein de cons et de merde, que de perles parmi cette fange, de notes justes parmi ces érucations: «Alors, j'oublie un peu ma mélancolie à la noix, je cherche dans mes jambes en coton l'énergie qu'il se doit». La précision de certaines notations - «Mal au coeur. Pas envie de vomir, mal au coeur. Pas pareil. Comme si quelqu'un avait farfouillé dans mon ventre. Ça remonte jusque dans ma tête.Comme un virus» -, répond aux sensations prises sur le vif:

"Elle est peut-être laide mais elle me touche, elle m'attendrit. Je lui ai dit qu'il fallait mettre du citron sur ses taches de rousseur pour qu'elles disparaissent et ce jour-là, elle m'a presque sauté au cou tellement elle était contente."
La lucidité est celle de l'enfance mais quelle gravité dans le réflexe moral:«C'est dingue comme on peut être de mauvaise foi quand on a peur de ce qui se passe en soi-même». Surtout dans le registre amoureux, car c'est bien d'une histoire d'amour qu'il s'agit.

Malika a dix ans, son frère Wilfried dix-sept. Leur mère est morte, il y a longtemps; entre deux avions, leur père parachute en abondance les billets de banque qui leur permettent de vivre à leur guise dans le spacieux appartement où ils résident. Une gouvernante fait partie du mobilier qu'ils changent selon leur bon plaisir. Tous deux sont aux études, mais leur vraie vie est ailleurs, elle se confine dans le duo fatal et fascinant qu'ils forment. Comme un lierre ou comme un serpent, Malika s'enroule autour du tronc fraternel.

Dès l'entrée en matière, on est fixé sur un point, il y a rupture entre le monde des adultes et celui des adolescents d'où sont éjectés sans appel tant les parents fantômes que les maîtres dérisoires.
"Wilfried et moi, on n'apartient à personne, ni aux jours, ni aux maisons, ni aux gens et on devient fous quand on le veut, aussi souvent qu'on le veut..." (p.255).

Le milieu ressemble étrangement à celui du Pavillon des enfants fous, à la différence que le binôme remplace ici le monôme du livre précédent:
« Une porte qui s'ouvre sur une solitude et un amour à deux, un grand mystère dans ce regard vert » (p.186).

Le récit se compose d'une suite de chapitres où, alternantivement, chacun des partenaires fait part de ses impressions, réfléchit à l'évènement, s'interroge sur les cheminements de l'aventure unique en germination en lui et en eux. Comme une fleur, comme l'inquiètant nénuphar qui grandissait dans la poitrine de Chloé, l'héroïne de L'Ecume des jours de Boris Vian auquel Malika fait plus d'une fois penser.

Comme dans ce dernier ouvrage, la réalité décrite est seconde, c'est-à-dire que, malgrè les multiples détails concrets qui donnent l'illusion des apparences, l'itinéraire est intérieur, fantasmatique. Les haillons de la médiocrité quotidienne habillent un rêve émerveillé qui se dénoue en cauchemar dont le réveiléclate dans l'au-delà.
« J'ai enfin trouvé la sortie du labyrinthe des vies mortes » (p.317).

Tandis que Malika se sent de plus en plus polarisée par son frère Wilfried, celui-ci prend conscience de la présence envahissante de sa soeur. Des notations parallèles enregistrent la gradation de leurs sentiments respectifs.
Lui: " C'est terrible, elle veut toujours que je pense à elle " (p.8).
Elle: " Et moi, je ne veux pas qu'il aime quelqu'un d'autre, je veux qu'il soit avec moi" (p.19).

Lui: " Elle est tout de même possessive"(p.57).
Elle: " Ça ne me plairait pas de partager Wilfried avec quelqu'un "(p.45)...
" C'est vrai, je n'aime pas quand il est triste. J'ai l'impression qu'il ne m'aime plus puisque s'il m'aimait il serait heureux quand je suis avec lui. Moi, je ne suis jamais triste. Je sais qu'il m'attend" (p.85)...

« mais lui, je ne veux le donner à personne» (p.148)

Chez elle, une certitude contagieuse tandis que lui, en s'enfermant progressivement dans ses rêts, hésite, temporise, s'inquiète parfois avant de s'abandonner.

"Je me suis dit qu'en fin de compte il valait mieux rester un inconditionnel des «relatiosn humaines» jusqu'au moment où je trouverais quelqu'un de vraiment chouette. Et pour l'instant, ce quelqu'un c'était Malika"(p.75).

Il tente même une échappée en draguant Hélène, une femme plus âgée, mais « je savais bien qu'Hélène ne m'aimait pas vraiment et que Malika, elle, n'aimait que moi » (p.99). Et cet incident les rapproche:

" Je l'ai embrassée sur le front en la serrant contre moi pour être bien sûr qu'elle était revenue. Elle m'a entouré avec ses bras, elle a enfoui la tête dans ma poitrine et elle s'est mise à pleurer. On était là, enlacés sur le palier, comme des immigrants sans travail... Non, je ne me moque pas. Je fais semblant de me moquer pour que vous ne puissiez plus le faire" (p.135)

Et la soeur devient la femme:

" Elle a choisi le compromis entre les adultes et les enfants. Elle a pris le charme de chacun et a laissé leurs défauts. C'est ça qui me plaît, on ne peut pas la définir, pas la classer, elle s'échappe tout le temps... Alors elle s'en va avec moi, je ne sais où, quelque part où tout est noir et beau, elle me prend la main et regarde là-bas les mots inconnus qu'on n'a pas encore découverts et qui nous attendent"
(p.265-266).

Et la communion des corps s'accomplit dans une sorte de pureté effrayante, avec tant de bonheur et une telle tristesse.
« Je ne comprends pas» dit Wilfried, « Je ne sais pas». Tandis que Malika note un peu après:
"On a changé de rôles, maintenant ce n'est plus moi qui rêve... maintenant, c'est moi qui me lamente sur la réalité" (p.283).
Les voilà dans l'impasse; ils veulent faire sauter le réseau des contingences. Délaissant l'école, ils fuient Paris pour se réfugier dans une résidence du Midi où les gendarmes les trouvent. Le père tance son fils qu'il fait enfermer; Wilfried se suicide et Malika se jette sous une voiture:

"Un grand bruit, un grand choc qui m'arrache les entrailles. Je n'ai plus de corps. Un dernier cri déchirant d'angoisse... Un dernier au revoir... le sang coule, coule comme une mer, comme un fleuve d'horreur, maintenant, je connaîtrai la joie, nos deux regards, nos deux corps se sont fondus en un seul. Nous nous sommes enfin trouvés" (p.319).

Si ce point d'orgue a quelque résonance romantique, pour peindre l'amour interdit, Valérie Valère a choisi le ton de la simplicité, simplicité teintée d'humour et de fragilité. La fragilité du songe qui franchit les tabous, vogue tel le bateau ivre vers l'impossible idéal, assumant ainsi cette part délirante de la fine point de l'âme aimantée par l'absolu dérisoire ou divin.

Dans un premier roman, Valérie Valère crachait la haine qui la menait à la folie comme on vomit un poison mortel, cette fois elle investit dans l'interdit de l'inceste toute sa soif d'être aimée. Quand aura-t-elle fini de conjurer ses démons ? Patience, puisque du vide de la négation et de l'enfer des autres, elle a déjà passé au «vert paradis des amours enfantines».

 

NOTICE BRÈVE

Une romancière de dix-sept ans décrit l'amour d'une enfant de onze ans pour son frère.
Livre simple et attachant, à décrypter.

Référence de cet article :

"Indications"
COMMISSION DE LECTURE DE LA J.I.C.F.
Rue du Marteau, 19- 1040 Bruxelles.

Retour



Malika ou un jour comme tous les autres(2)

Voici enfin un journaliste qui clame le talent de Valérie.

"Voici, surgi parmi la floraison du printemps, un grand livre de l'adolesence. Un de ces miracles qu'on attend sans oser espérer. Car cet âge de grands tourments est si souvent revu dans l'âge mûr, trahi par la mémoire, bercé par la complaisance du souvenir, que les évocations ou la nostalgie se grise de ses propres erreurs ne sont plus, bien souvent, que les maillons d'une chaîne, toujours la même: exploitation d'un thème quand les mots ont vieilli, comme s'appesantit la main qui les écrit. Le privilège de Valérie Valère est d'écrire in vivo.
Nous découvrons un langage de seize ans, duquel découle une pensée qui ne doit rien qu'à cette spontanéité mystérieusement savante qu'on appelle le don. Où la gourmandise est assouvie au jour le jour. Et la douleur, vécue sans concessions. Les héros de Valérie Valère -Wilfried, 15 ans, et Malika, 10 ans- vivent leur opulence dans un pauvre univers d'exeption. Orphelins de la richesse, frère et soeur qui ont du mal à se rappeler qu'ils ne sont pas le fruit de la génération spontanée, insouciants gaspilleurs de l'argent qu'on leur dispense pour vivre, d'une main lointaine... Naufragés acclimatés au grand appartement qu'une femme de ménage le plus souvent invisible ne gouverne même pas, ils se livrent avec passion à leurs discours, à cette immense inquiètude sans laquelle il n'y a pas d'amour.

Corps et coeurs épurés, prisonniers peu convaincus et peu contraints du carcan de l'école, ils se laissent porter par la musique de l'inceste avec la soif d'absolu qui est la marque des coeurs nobles. Le héro Wilfried renonce très vite à une belle femme tentatrice parce que l'image de Malika, visage et corps, s'y superpose, plus invincible à que le corps de l'enfant Malika se libère, se découvre, étranger à tout ce qui n'est pas l'évidence de l'amour. Long et souvent douloureux enchantement, qui porte en lui sa perfection, se nourrit de son inéluctable mort. Wilfried et Malika vivent leur amour à travers les mots qu'ils découvrent, et à travers ceux qu'ils ont trouvés dans les livres des autres. Une commune force les guide au travers de cette jungle des sentiments tout faits. S'ils gaspillent Cocas et gâteaux, dans cet appartement pour nantis où règnent, à défaut de famille, le perroquet et le chat, c'est parce qu'ils n'ont d'autre soif, d'autre faim, que de connaître enfin leur sort, comme un trop impatient lecteur court à la fin d'un roman.

Au delà de l'émotion, au­delà de la caresse sensuelle que mes mains d'adulte sont indignes de dédier aux corps de Wilfried et de Malika, je savoure, émerveillé, le plaisir si rare de découvrir un écrivain. L'extrême jeunesse de Valérie Valère ne rappelle pas le souvenir de la petite musique bien orchestrée de Bonjour tristesse. La voix de Valérie Valère s'impose, grave, belle. Sa perfection me met mal à l'aise, me jette, tout bête, à la recherche de l'absolu. Cavalcades au travers d'une journée trop pleine, longs moments creux où se distille l'essentiel, où se balbultie l'indicible...
Malika écrit:

«Tout le monde trouve que je suis trop perfectionniste et moi je pense que ce sont les autres qui ne font jamais les choses jusqu'au bout. Ils semblent n'attacher d'importance à rien. Ou alors, ils trouvent ça bassement matériel de s'intéresser comme je le fais à une vulgaire Carolyn cup. Mais ce n'est pas simplement une glace. C'est ce que donne Wilfried. Il voudrait me donner ses yeux et son corps et son coeur, mais comme il ne le peut pas, pas réellement, il me les donne en m'offrant une glace. Dans leur langage élaborée, ils appellent ça un « symbole ». Moi, je n'aime pas ce mot. C'est un mot qui appartient aux autres.»

Vivre au rythme des héros de Valérie Valère, ce n'est pas fuir le monde, c'est reconnaître, une fois pour toutes, qu'on le prend trop en considération. Vous et moi, nous avons lu, autrefois, un livre dont les pages ont été tournées trop vite. Il ne s'agit pas de regretter quoi que ce soit, puisque nous avons décidé une fois pour toutes de tenter de vivre, comme après un coup de vent du cher Paul Valéry. N'étions­nous pas programmés pour ça, après tout ?
Wilfried écrit:

«J'avais l'impression d'être menacé, poursuivi, il fallait qu'on se dépêche d'atteindre notre but, notre solitude, notre bonheur. Rien ne devait nous en empêcher. Rien, et surtout pas le temps qui nous guettait du coin de la rue et nous sauterait dessus si nous le laissions avancer sans réagir.»

Bien sûr, je ne peux m'empêcher d'essayer de deviner Valérie Valère à travers Wilfried et Malika. De page en page, j'écoute, j'observe, je réfléchis, puis j'abondonne, je me laisse porter par l'alternance des voix d'une enfance qui s'affirme, de mot en mot, plus loin de moi. Il me semble que j'ai écrit, naguère, des fragments de ce livre­là. Je la suis pas à pas, Valérie, dans ce Paris que la gamine Malika connaît déjà comme sa poche, Malika, l'oiseau, tandis que Wilfried lutte contre la passion de l'oiseleur. Ni Malika ni lui ne savent encore le poids des habitudes qui contraignent, telles les étapes d'une malédiction, à se raccrocher à la vie. Êtres élémentaires, élaborés comme malgrè eux au sein d'une société qui n'aura pas le temps de les étouffer, ils nous jettent leur défi à la face. Vingt­cinq ans à eux deux, quelle provocation, pour nous qui cheminons, brandissant notre bâton de pélerins perdus !

Référence de cet article:

Frantz-André Burguet
Magazine littéraire
Juin 1979, page 37.

Retour


La magie de Valérie Valère

  • L'histoire d'un écrivain qui ne trouve plus ses phrases.

Valérie Valère n'a pas vingt ans et son Pavillon des enfants fous vit déjà dans de milliers de mémoires. Et déjà sa Malika ou un jour comme les autres nous a menés dans les eaux mêlées où un frère et une soeur adolescents vivent les jeux et la magie que le regard des adultes réduit au scandale et à la mort.
Cette fois, Valérie Valère a voulu se montrer en jeune homme, un jeune homme que l'écriture soudain abandonne. Gene Carl, dont "le stylo comblait les vides", qui se grisait de ses "lignes-innombrables", demeure comme figé au bord d'un puits sans eau. "Où sont les phrases ?"

Gene et son obsession de la page blanche, devient pour nous bien plus que l'écrivain dépossédé... Après tout, qu'importe à qui n'a pas l'écriture pour névrose qu'un homme trouve ou non ses phrases ? Mais imaginez un aphasique. Les mots se forment en lui: ils sont là, avec leur contour et leur son. Et il ne peut les prononcer. Or, s'il ne les formule pas, nul ne les connaît: comment communiquer ? Et il a besoin d'atteindre, de toucher les autres: ils lui prouvent qu'il est. Le voilà, le supplice de Gene. Ecrire, c'est dresser le barrage contre le délire, contre l'enfermement. Ne plus trouver "ses phrases", c'est sombrer dans l'abandon à soi, dans la possession par le non-sens: la folie.
Gene se débat. Avec son directeur littéraire - qui pourrait aussi être son fantasme - il fait semble-t-il l'amour. A moins que ce ne soit imaginaire ? N'importe: l'éditeur le presse, le menace, le raille: "Le succès de ton premier livre t'es monté à la tête."
De bar en bar, parmi les drogués et les dragueurs, Gene tombe dans un appartement communal où se rencontrent tous les enfants perdus des élans pervertis. Et là, il perd pied, imagine qu'un peintre lui vole ses phrases pour en couvrir sa toile. Il fuit, il tente de fixer sa mémoire sur un magnétophone à demi volé, et pour finir casse les vitres au sens le plus littéral du mot, s'entaille les mains...
Interné dans une clinique, Gene prend les couloirs pour des rues et le psychiatre Aurel ou pour un personnage ou pour un double, un rival en écriture. Le médecin décrète qu'écrire n'est pour Gene qu'un "travail" que Gene s'imposait. Alors Gene finit son livre, trouve même le sujet du suivant, arrive devant la maison d'édition. Là une voiture le renverse. "Les feuilles du manuscrit volèrent autour de lui, recouvrant son corps du linceul de son amour."
Les fantasmes de Valérie Valère, à travers les cahots d'une écriture enchantée, enfantine, nous envoûtent dans son "obsession blanche". Qu'il y ait des creux dans ses 243 pages importe peu. La magie prend. L'adolescent qui crie sans qu'on l'entende, ce n'est plus un écrivain en mal de phrases. C'est tout être qui a besion de parler pour que les mots relient sa vie aux autres.

Référence de cet article:

Dominique Desanti
Le Monde
19/6/1981

Retour


Valérie Valère est morte

Elle avait un beau visage ténébreux, un regard toujours apeuré, une bouche fatiguée. Elle s'appelait Valérie Valère, elle avait vingt et une petites années, et on l'a retrouvée, l'autre matin, dans sa maison de campagne, morte d'avoir chaque jour abusé des excitants et des calmants, morte de n'avoir jamais oublié l'horreur des traitements qu'on lui avait fait subir dans son enfance, morte enfin de n'avoir jamais vraiment cru, pour l'avenir et pour elle-même, en des jours meilleurs.

Elle a treize ans quand sa famille exige et obtient qu'on l'interne dans un hôpital psychiatrique. Les raisons invoquées par les parents ? Leur fille est anorexique, maussade, solitaire, inadaptée à la société. Sortie du cauchemar médical et familial, Valérie écrit, à quinze ans, le Pavillon des enfants fous (Stock), un document poignant dans lequel elle raconte l'enfer psychiatrique où sont plongés nombre d'adolescents. Dans le Monde, Christiane Rochefort est subjuguée:
" Est-ce que ce ne serait pas la première fois qu'on entend cette voix-là, cette force-là émanant de la toute faiblesse ?"
C'est peu dire que le livre est un succès: vendu en France à plusieurs centaines d'exemplaires, traduit en une dizaine de langues étrangères, il impose partout le nom de cette femme-enfant dont la sûreté d'écriture étonne et bouleverse.
En 1979, elle signe un second livre, un roman cette fois: Malika ou un jour comme les autres, dans lequel deux adolescents -un frère et sa soeur- échappent à la rigueur, au conformisme, à la violence des adultes, leurs ennemis. La littérature est devenue la bouée de sauvetage de Valérie qui, tout en poursuivant ses études au lycée Racine, en prenant des cours d'équilibrisme chez Pierre Etaix et Annie Fratellini, et en s'essayant même à la comédie (Pierrette, sur TF1), a compris quel exutoire et quel voyage l'écriture pouvait être.
" Il se soûlait de fantasme, de café et de cigarettes afin que les mots le grisent sans cesse d'une joie plus intense. Et l'ivresse l'emmenait loin dans son refuge hors de l'espace et hors du temps, elle l'emmenait loin de sa sinistre vérité."
Celui dont parle Valérie Valère s'appelle Gene Carl: c'est le personnage de son troisième roman, l'Obsession blanche (Stock, 1981), un écrivain qui peut bien être le double d'elle-même, puisqu'après avoir publié un best-seller, avoir été encensé par la presse, Gene se heurte à l'impuissance, se voit confronté au mur de la page blanche, désespérément vierge. De jour en jour, Gene entre lentement dans la folie, pour finir à l'asile où il retrouve enfin ses mots et sa verve. Sur le thème de la stérilité littéraire, exorcisant peut-être ses propres démons et ses hantises les plus secrètes, Valérie Valère, paradoxalement, nous donnait alors, coulé dans une écriture froide, précise, et en même temps si fragile, un livre puissant, un roman réussi.
Vous connaissez sans doute le mot de Rilke, dans ses Lettres à un jeune poète: " Il suffit de sentir que l'on pourrait vivre sans écrire pour qu'il soit interdit d'écrire."
Valérie Valère ne pouvait vivre sans écrire: avait-elle, alors, la force de résister, dans la solitude quotidienne qui était la sienne, à l'Obsession blanche ? Non, sûrement pas: à vingt et un ans, la jeune fille brune connaissait l'exigence et l'impatience de ceux qui, sachant leurs jours comptés, attendent des mots une complicité, un soutien, pas un refus ni un pied-de-nez. Valérie Valère est morte d'avoir trop attendu de la littérature à une époque où tant de faux écrivains vivent de n'en tirer qu'un prix littéraire et un compte en banque.

Référence:

Jérôme GARCIN
15/2/1983

Retour


Obession Blanche
de Valérie Valère

L'écriture est un grand voyage: parfois sublime, telle une croisière en Méditerranée sous un soleil estival, parfois terrible comme l'ascension d'une montagne robuste et rebelle. Gene Carl, le héros de Valérie Valère, connaît moins la béatitude des villégiatures que les difficultées de l'alpiniste: ici, la page figure un pic innaccessible. Le désir est forcené, mais les mots ne viennent pas. C'est l'Obsession Blanche, l'angoisse du "rien", la peur de la sterilité. Valérie Valère, dix-neuf ans tout juste, nous donne une impitoyable analyse de l'impuissance littéraire, et de la kyrielle de fantasmes qu'elle provoque à son insu. En écrivant ce roman, Valérie a-t-elle voulu exorciser ses propres démons, ses hantises les plus secrètes ? Dans tous les cas, voici un livre dense et foudroyant dont les lecteurs-écrivains ne sortiront pas indemmes.

 

Référence:

Jérôme GARCIN
19/3/1981

Retour

Merci à David Sevelle de m'avoir fournit cet article !

Une découverte de Christiane Rochefort
Le témoignage implacable d'une enfant sur le monde des adultes.

Je me demande ce que les gens vont en penser, du livre de Valérie Valère. Vraiment je me demande. J'y ai passé deux nuits blanches. Car l'écriture entraîne irrésistiblement. Et puis on veut savoir, si elle s'en sort, ou plutôt dans quel état. Et parce qu'enfin, enfin, l'enfant lucide, une enfant -15 ans au moment où elle écrit. - avec le courage que peut donner le risque de mort encouru, rompt le silence millénaire, et, à découvert, sans le souci de sécurité qui force d'habitude les mineurs à l'anonymat, s'exprime en clair et nous balance sa vérité, sa vision de nous les adultes.

"C'est fou comme les adultes sont enfantins..." "Ils sont enfantins, mais vulgaires..." " Je les entends parler à l'entrée des cinémas, dans les wagons du métro... et c'est de la méchanceté, des jugements mesquins, une prétention dérisoire et médiocre. Mais pourquoi vivent-ils? pour rien, pour faire comme on leur a dit..." "Maintenant, je me suis rendu compte de cette hypocrisie, de ce charlatanisme qu'on nomme amour maternel ".

Est-ce que ce ne serait pas la première fois qu'on entend cette voix-là, cette force-là émanant de la toute -faiblesse ? Ce livre serait-il un événement historique? Au milieu, j'ai fait une pause: car je n'en pouvais plus d'apprendre que l'anorexie se "traite" par l'enfermement ( "et ils m'ont enfermée à clé, comme si j'avais tué".); la menace ( "si dans une semaine tu pèses toujours le même poids, on te mettra une sonde". " Si tu ne grossis pas d'un kilo, tu ne verras pas ta mère. Ils sont fous, ils croient que je veux la voir..." ); la privation sensorielle ( "Tu resteras dans ta chambre en pyjama, tu n'auras pas le droit de lire ni de faire quoi que ce soit..." "J'aimerais respirer l'air de la cour, mais les fenêtres ne s'ouvrent pas... J'aimerais tant écrire ce que je ressens mais il n'y a rien dans cette chambre..."); et l'entonnoir ( "Elle m'attrape la main et m'écarte les dents avec la fourchette..." " Mes larmes m'étouffent en même temps que des patates dégueulasses... Comment mon estomac va-t-il garder tout ça, toute cette haine que je ravale avec un peu de gras et un peu de riz collé ? Comment supporter cette humiliation, cette punition qu'on n'a pas méritée ?"). De quoi en vérité redonner le goût de vivre à quelqu'un qui voulait mourir.

"Comment n'ont-ils pas honte ? Moi, j'ai mille fois honte pour eux, je suis meurtri de honte et de
révolte ".
Et le dit traitement "réussit"! L'hôpital - où elle " fête " son treizième anniversaire - étant pire que le monde, et la mort même y devenant sordide, elle choisit de céder, et se laisse bourrer comme une oie pour se retrouver libre, de vivre ou non. Nous avons de la chance : sa liberté sera sa machine à écrire... ils l'ont " guérie ", comme on dit. Ils lui ont sauvé la vie, de force. Ils sont fiers de leur oeuvre. Ne vont-ils pas la regretter ? Le Pavillon des enfants fous est un implacable document médical, établi par le patient lui-même.
Elle s'est guérie : elle a traversé cette épreuve d'initiation, genre fourmis rouges mais manigancée par le hasard et l'ignorance.
Et c'est l'irruption d'un écrivain.
Je me demande ce que les gens vont penser. Les adultes. Crieront-ils au petit prodige, pour tenter de réduire l'enfant lucide à l'exception ? Seront-ils sourds ? Ecouteront-ils cette voix, qui aurait pu être la leur ?
" Si j'avais découvert des gens, des gens comme j'essayais de les imaginer... je n'aurais pas ouvert les portes... d'une mort certaine."


Référence:

Christiane Rochefort
Le Monde

Retour

Merci à David Sevelle de m'avoir fournit cet article !

Valérie est morte

Valérie est morte. Si tous les médias publient la nouvelle, aucun n'en mentionne les circonstances.
Or beaucoup d'entre nous ont le souvenir de cette petite fille, qui parut, un vendredi soir, à "Apostrophes". C'était à l'occasion de la publication de son second roman Malika. Ce soir-là, elle parla peu de son expérience de l'hôpital psychiatrique, qu'elle avait relatée dans son précédent roman (sic), le Pavillon des enfants fous. Bernard Pivot interrogea plutôt l'écolière, qui avoua n'être pas très bonne en "français", car les exigences d'une dissertation sont strictes, et ne s'accordaient sans doute pas avec ce qu'elle portait en elle. Il montra aussi sa prestation théâtrale. On pouvait penser que, par l'écriture, par le théâtre, Valérie Valère était sortie de son drame.
Celui-ci ne continuait-il pas plutôt à miner en sourdine la jeune fille? Cet appel qu'elle avait lancé aux autres, par son anorexie, avait-il été entendu ? En effet, son troisième roman montre l'impossibilité d'écrire où se trouve le héros - Valérie connaissait, sans doute, à nouveau, la difficulté de vivre avec son "mal". Les premiers romans avaient remporté un succès certain auprès du public, mais " les autres " l'avaient-ils entendue ? Le silence autour de cette mort nous laisse perplexes...
Quand comprendrons-nous, nous tous, à de rares exceptions près, que la dépression nerveuse est une véritable maladie de la communication, que nous pouvons aider ces " blessés de la vie" ?
Sans doute leur personnalité fragile nous gêne-t-elle, et nous préférons les renvoyer à leur néant...

Référence:

MICHELE HELLO
(La Roche-sur-Yon)

Retour

Merci à David Sevelle de m'avoir fournit cet article !

Existentialism and Escape to Essence in the Works of Valérie Valère

by Richard A. Mazzara

T HE PURPOSE OF THIS ARTICLE is to introduce readers to the little known but timely work of Valérie Valère, which echoes not only the intellectual and esthetic trends of the twentieth century but certain particularly important humanitarian concerns of our day. The strong philosophical bent of the disturbed, short-lived novelist make her an introspective, lyrically expressive narrativist, not unlike Sartre and Camus on the one hand (McMahon), or Hesse, Gide and Woolf on the other (Freedman). Valère's preoccupation with the way the physical world brings about differing and frequently most unexpected responses in a person's consciousness remind one also of the nouveau roman of Sarraute and Robbe-Grillet. She is interested chiefly in the effects produced by events on her principal characters, then, in whose minds the conflicts of her works are based and by whose hermetic, even claustrophobic points of view both plot and structure are largely determined (Schole and Kellogg). As Valère probes the complex, shifting realities of human beings, and the relationships between their realities and language, that of others and their own, used to describe and fix them (Frye), she focuses especially on children and adolescents. Choices are made, existences created, and essences distilled, to which the young characters cling so desperately that, like Valère herself, they are willing to die in order to preserve them (Wilson).

In her first work, Le Pavillon des enfants fous (Paris: Stock, 1978), the author (age seventeen), who is also the unhappy narrator (age thirteen) in this tragic autobiography of her confinement in a mental institution, experiences nausea frequently as an anorexic rebelling against her dreadful family, society, and the hospital, all conspiring to force her to eat and co form. The narration is conducted largely as an exterior monologue, the narrator recreating scenes from the past and narrative present as needed, but changes to interior monologue during Valérie's most anguished moments when reality becomes intolerable. Rarely does she find a sympathetic human being; one adult alone, her mathematics teacher, treats her as an equal. The only pee with whom she feels some solidarity are her brother, several other anorexic girls, all mistreated as she has been, and one young aide in the hospital. If eventually Valérie gives in to adults, it is to regain her freedom for the purpose of trying to commit suicide through starvation again, which is her existential goal. Meanwhile Valérie attempts to sustain herself in the hospital that is a prison by dreams of liberty and release from the nightmare of existence, which is more a prison than ever one that she will never forget. Indeed, after several more years of such existence and two novels later, Valérie Valère's life came to an end.

Malika ou un jour comme tous les autres (Paris: Stock, 1980), with its relatively well defined plot, two carefully developed principal characters as the narrators and an interesting format, best fits the pattern of a structured conventional, novel among Valère's works. Malika, age nine or ten, and her brother, Wilfrid age fifteen, live in a world of their own, though not entirely of their making. In alternating chapters throughout the book, each gives the reader his or her interpretation of a situation or an episode, experienced jointly or separately feelings and aspirations. Like Valérie, they use colloquial, often tough language in dealing with the anguish and absurdity of life, and move from exterior to interior monologue as they cope with reality relatively well or badly, They pave a housekeeper, who does not reside and has little contact with them, in lieu of a non-existent mother and a virtually non-existent father, the latter returning from his travels only occasionally, usually with a girlfriend, to see that the children have enough money and to check perfunctorily on their progress in school. Although they hate it and their boring, tyrannical, hypocritical teachers, representatives of the adult world and society also, they feel compelled to attend school and to maintain good standing, Otherwise, they keep largely to themselves, doing homework, performing various chores about the apartment, (the housekeeper does not seem to do much), reading, drawing, or painting, listening to music, or else roaming about Paris, going to the movies or restaurants (the housekeeper cooks only spaghetti),1indulging in shopping sprees, Wilfried's brief, unfortunate, but intense love affair with the older, sophisticated Hélène makes the incipient incestuous relationship between the incredibly mature Malika and her brother surface, after which they retreat increasingly to their lonely dream world, in or out of the apartment, where the ugliness of the real world cannot touch them. Yet Wilfried realizes that this is only wishful thinking and that, to prolong the idyllic winter holidays, they must escape to their father's country estate, where neither he nor school authorities can reach them, This, too, is a vain hope, of course, which precipitates their final liberation; for the police do find them-in bed together. With this damning evidence, not to mention the rest, their indignant "father" plans to put Wilfried in a reformatory and henceforth "protect" his supposedly violated little girl. Thus, the children have no choice but to commit suicide: Wilfried takes the poison that they had saved in the event of separation, and Malika, desperate to rejoin her brother-lover, runs into moving traffic and is killed.

In Obsession blanche (Paris: Stock, 1981) Valère's protagonist, Gene, a young novelist who has successfully published a first book, is experiencing writer's block as he attempts to create part two of a second work. Besides smoking cigarettes and drinking coffee or whiskey in his stark, lonely apartment, Gene's virtually sole activity is writing; and the author, here in third-person narrative which probes and reflects the character so fully that the reader may accept it as first-person, studies his compulsion (possibly hers also) to fill up the block of white sheets. Apparently in need of reassurance, a change of scene and, above all, some human contact-there is never a reference to family or friends in Gene's life-the young man sends part one of his novel off to his publisher for an opinion. Responding to the new editor' s reply, Gene calls for an appointment and begins to see Prisca socially, soon entering into a homosexual relationship with him. Degraded as a man, belittled as a human being, frustrated as an author, Gene nevertheless feels an attraction as well as revulsion-Gene's need is in fact that of a son for a father-for Prisca. Unable to write during the day and forced to accompany Prisca to pornographic shows at night, Gene begins to believe that his editor-lover is stealing the work that he imagines he is producing. Yet even when they separate, Gene continues to seek Prisca in other men, scrubbing himself raw after each encounter as he had after making love with Prisca. Unsuccessfully, he seduces a woman to see if he feels clean in a heterosexual affair, then decides to push his masochism to the extreme by demanding payment as a prostitute with his next male partner. His madness and frustration increasing, Gene attacks his dictaphone equipment and type- writer, catching and lacerating his fingers in the keys. Horrified at having ruined his beautiful hands, he rushes himself to the hospital where he undergoes surgery, and where he makes contact with a psychiatrist. A friend of Prisca, now guilt-ridden and anxious for Gene's sanity to be restored, Dr. Aurel succeeds in replacing completely-better than Prisca had-that other Gene who keeps him from working. By pretending to write Gene's novel, except for the conclusion, the doctor somehow makes Gene, who had thought that Aurel, too, was stealing his work, aware that only he can write it. Gene gets to work and completes the job in short order, simply to realize that he is satisfied only when creating, but that once an obsession has been cured, he is faced with another block of white paper to fill and a new obsession. Fortunately for his sanity, as he races to discuss his la test work with Prisca, he is killed in the traffic. Valère's now well established pattern is repeated for the third and last lime in her work, although not in her short life.


The first two of Valère's works are most timely in their presentation of some of the problems and solutions of children and adolescents in the world today, problems and solutions that she experienced personally or observed closely, and that caring adults are increasingly concerned with. Moreover, one suspects that as a writer she was possessed by the obsession blanche, an obsession that the reader can appreciate as representative of many that may possess any sensitive person, young or old. The author-narrator of Le Pavillon des enfants fous has lived with self-centered, uncaring parents. As the family background is presented, whether through the narrator's bitter recollections, flashbacks in which scenes are recounted and dialogues quoted, or visits in the hospital, the reader learns of the rang: of sexual perversions, excluding incest, and games, involving lovers and other couples, that have preoccupied the parents whose marriage has ended in divorce. Even worse is the hypocrisy of both parents in their pose-before society in general and their children in particular-of propriety and especially of concern for their son and daughter. In fact, all they have ever cared about is that the children "behave" and cause them no trouble After their divorce they try to use them as weapons, blaming one another or her brother, with whom she shares some solidarity, for Valérie's condition. At every opportunity they absolve themselves of any guilt and, if they shower attention on the girl, it is chiefly a show for others and to have her "cured" and out of the hospital as soon as possible to minimize the shame they experience in society. In Malika the young sister and older brother clearly have joined forces because of the almost total absence of parents. The father, when he is mentioned or puts in a rare appearance, closely resembles Valérie's parents, and there is no caring adult to take a parent's place. It would seem in many respects a carefree life for Malika and Wilfried, but they are forced too soon to be adults in ways that a responsible adult would judge undesirable. Above all, they are forced to rely "'on each other for their every need. At their ages the burden is too great emotionally, and their tragic end is inevitable. In Obsession blanche it is Prisca who represents the perverted, unfeeling adult who, after having contributed in large measure to Gene's mental and emotional imbalance, experiences guilt an~ makes impatient efforts to solve Gene's problems and thus belatedly relieve his own conscience.

Apart from the family, other institutions violently criticized by Valère in these works are those that traumatized her the most personally, notably the mental hospital in Le Pavillon. The reasons for Valérie's illness are clear and, if she is to be prevented from starving herself to death, her anorexia must be treated medically, for her mother cannot and will not cure her. The question asked repeatedly by the girl is whether she does not have the right to do with her life what she will. Having rationalized her desire for suicide, she does not consider herself mad. She is furious at the incarceration, the force, the lack of privacy, and especially at being put in the company of children who are retarded or crazy as well as with the emotionally disturbed. The reader is sympathetic, experiencing pity and fear at Valérie's past and present, wishing her to live but aware that her life to date has not been worth living. He is relieved when she decides to eat and try freedom again, for there is still hope; yet he realizes that there is little when, as a minor, she must return to her mother and conform or be faced with being committed again. The conclusion is bound to be a tragic one, as is that of Malika. The responsible adult reader knows that children cannot make a life for themselves without genuine parental involvement, however conservative or liberal. Like the hospital in Le Pavillon des enfants fous, the school is viewed as a prison in Malika. In the latter much more attention is given to that gloomy institution, its uninspired activities, and its dull, hypocritical practitioners, whether professors or students. Although occasionally they are sought out by classmates, neither Wilfried nor Malika have any real friends among their peers, who seem resigned or content with their lot at home and school, and with whom the protagonists have nothing in common or to whom they feel superior. Wilfried thinks of his "copains" merely as rivals for grades, while Malika uses them, male or female, to get her work done. They value what they do out of school far more than what they do in, and the informed adult must admit that most of their extracurricular activities are very worthwhile as well as more fun. ~ Most of all they value each other's company and, after they fal1 in love, cannot bear the return to "prison." Again, the reader is sympathetic, but knows, as they appear to, that their solution can bring only troubled, short-lived happiness; yet their moments of earthly triumph may be worth the risk of tragedy, which for them is another kind of triumph. There is no evidence of a lesson learned by any adult in Valère's novel, but surely those who read it acquire greater understanding of the problems and aspirations of children.

The "obsession blanche" is the prison of the creative person who is not happy unless he is achieving. A lack of discipline makes Gene depend exclusively on inspiration, which he forces. This neurosis is exacerbated to insanity when for some reason the inspiration does not come. His madness takes several forms as he tries to place the blame for his impotence and makes Gene very vulnerable to Prisca's exploitation, whose sexual aspect symbolizes the artistic. Aware of his prostitution, Gene seems to attempt artistic suicide, but like most suicide attempts, his is a cry for help. The hospital in this case is a benign institution, far the patient finds a cure for his hands and, albeit temporary, for his soul. Given his nature, the creative inspiration, like the dreams of Valérie or of Malika, can offer Gene only brief respite; the problem is an underlying one and it does return. The only permanent solution to Valère's anguish and sense of absurdity can be death.

The exploration and juxtaposition of different realities are constant preoccupations of Valère, lending her work considerable dramatic tension. Indeed, the author sometimes deliberately stages brief scenes to highlight the drama. In a holiday mood, Malika and her brother stop to admire a group of African street dancers; the crowd admires them, thinks Malika, but does not seem to under- stand as they do the sheer happiness of dancing. Her thoughts soon become more somber. On the eve of Valérie's discharge from the hospital a troupe of entertainers have arrived to provide a Christmas party for the children. Too cowardly now to refuse to attend, as one of her violent fellows has refused, Valérie recognizes her former dark-circled eyes and pallor in the mimes' make- up and wishes she could be like them again. Ironically, the world considers her cured, well enough to rejoin society, while she hates herself for not being true to herself and her dream and feels completely disoriented and frightened as the entertainers force her to join them. How can they be pleasant to the awful doctors? Will she be able to face reality on the outside? Later, accepting the actors' invitation to visit them at the theater, Valérie thinks to make the stage a new dream, but there is no escape for her. She has left the madhouse that was a prison only to find herself a prisoner of sadness in the "real" world of madmen living their illusions and delusions. Riding with Prisca, Gene rediscovers the lost child in himself, the boy who needed a father and has found him. He wants to hold on to the child, but he is no more than a character in a novel and the delirious dream is soon lost in eternity. Disappointed and disoriented, Gene is nevertheless glad to be with and depend on Prisca. A second sadness takes hold of him, one that is actually relief and sweet, calm joy. At this point they see some street actors in front of Saint-Germain and their audience who envies their freedom with its eyes but insults them with its voice to hide the envy. Gene and Prisca are actors, too, actors in the comedy of life who have grown distant and indifferent through despair, unaware that they still have roles in the play. As they enter the night club, Gene' s attitude toward Prisca changes radically, ominously, and the tenderness disappears.

Like many contemporary writers, Valère is most preoccupied with the way "things" in one's surroundings elicit changing, often surprising reactions in an individual. Exterior action is of slight importance, although much space is devoted to the effects of such action, which is often reduced to the category of a thing either by repetition or recurrent description and analysis. The drama in Valère's lyrical works takes place almost entirely in the mind of the principal character or characters from whose hermetic perspective on complex, shifting realities the story is told and structured. Less overtly philosophical than other contemporary authors, Valère probes the psychological so deeply and thoroughly from either the first- or third-person point of view as to reveal classic existential types, to the extent that existentialism permits of types. Whether accidental or deliberate, the deaths of Valère's young protagonists must remind the reader of the frequent suicides of today's adolescents. Are they the result of cries for help heard too late or genuine efforts to escape the many problems felt by young people to be insurmountable? Both in reality and in the literature which reflects it, they must be considered statements of these problems, but also, in existential terms, means of fixing essences created by existences of rebellion and artistic creation.

Référence:

FRENCH REVIEW

OAKLAND UNIVERSITY

Works Cited

Freedman, Ralph. The Lyrical Novel: studies in Hermann Hesse, André Gide and Virginia Woolf
(Princeton: Princeton OP, 1963).
Frye, Northrop. The We//-Tempered Critic (Bloomington: Indiana OP, 1963).
McMahon, Joseph H. Human Beings: The World of ]ean-Paul Sartre (Chicago: O Chicago P, 1971). Scholes, Robert, and Robert Kellogg. The Nature of Narrative (New York: Oxford OP, 1971). Wilson, Colin. Introduction to the New Existentialism (Boston: Houghton Mifflin, 1966).

Retour

L'annonce ci-dessus fournies par Google Adsense utilise des cookies pour personnaliser et à d'autres fins. Voir les détails

 

Copyright © Najia Senous 1999-2017.